Les illuminations; Rimbaud

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les illuminations; Rimbaud

Message  Camille C. le Lun 18 Oct - 22:25

En lien l'adresse d'un site où tous les poèmes des Illuminations sont brièvement commentés Smile

Bon courage à tous

http://abardel.free.fr/tout_rimbaud/les_illuminations.htm
avatar
Camille C.
Madame de Lafayette
Madame de Lafayette

Messages : 3
Date d'inscription : 09/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les illuminations; Rimbaud

Message  Candice le Mar 26 Oct - 22:16

Merci Camille!!!
Pour ceux que ça interesse, il y a aussi un commentaire des Illuminations dans Rimbaud par lui même, d'Yves Bonnefoy... J'ai le bouquin, je vais essayer de faire en sorte (je m'avance pas trop là^^) de poster un résumé de ce qu'il y a d'interessant dedans... Ca sera pas extraordinaire, ms tjrs ça!!

Candice
Madame de Lafayette
Madame de Lafayette

Messages : 3
Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

"Après le Déluge"

Message  Maud le Mar 26 Oct - 22:54

Voilà une fiche inspirée du site qu'a donné Camille, pour le premier poème des Illuminations: « Après le déluge ». Jsuis désolée jai tendance à ne pas écrire de phrases et à résumer un maximum, je sais que ça en devient illisible Neutral Bon courage bisous!

Vocabulaire:
- Déluge (toujours avec une majuscule): d'après la Bible, colère des Dieux caractérisée par un débordement universel des eaux qui détruit l'ancien monde
- rassise: -verbe rasseoir
-verbe rassir: n'est plus frais mais pas encore dur !!
- sainfoin: plante fourragère vivace à fleurs roses, utilisée dans les praires artificielles et pour nourrir les lapins
- Arc-en-ciel: cf bible: à la fin du Déluge, Yahvé propose aux Hommes un pacte d'alliance dont l'arc-en-ciel est le symbole: Dieu s'engage à ce qu'il n'y ait pas de nouveau Déluge
- étager: échelonner, superposer
- Barbe-Bleue: comte de Perrault: inspiré du maréchal Gilles de Rai, compagnon d'armes de Jeanne d'Arc >> crimes sur enfants>> exécution en 1440
- sceau: (litt): caractère distinctif, marque
- blêmir: devenir pâle (comme le lait?)
- Mazagran: ville d'Algérie>> « bataille de Mazagran », 1840>> victoire française
- estaminet: petit café, débit de boissons
- hameau: >> les maisons sont rurales et dans l'agglomération !
- « compris des »= être compris de qqn !
- Giboulée: pluie soudaine et de courte durée, souvent accompagnée de grêle
- piauler: pousser des cris aigus>> normalement que pour les oiseaux, pas pour les chacals>> sens familier, pour les enfants (=chacals): crier en pleurant
- églogue (cf cours de français): petit poème pastoral dialogué
- futaie: forêt>> arbres hauts et droits
- Eucharis: cf Télémaque, Fénélon >> 17ème siècle>> classique
- « sourds »>> verbe sourdre: jaillissement de l'eau hors de la terre ou du roc

idée générale: appel à la révolte, avec une rupture entre l'ancien et le nouveau
>> 3 histoires:
- Histoire universelle = Déluge
Colère de Dieu contre les Hommes >> destruction de la quasi-totalité de l'ancien monde >> recommencement d'une vie imparfaite>> superstition, travail, commerce, violence, mystifications artistiques et religieuses
- Histoire immédiate = la Commune
Thiers = bourreau de la Commune, politique des grands travaux d'Haussmann
- Histoire personnelle de l'auteur
enfance, départ, vagabondage, amour, révolte

Problématique:
Rimbaud,croit-il encore à la révolte lorsqu'il dépeint tout au loong du poème la sclérose de sa société et le caractère idéaliste de tout changement?
avatar
Maud
Jean Racine
Jean Racine

Messages : 26
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

fiche du 1er poème (I) de "Enfance", dans Illuminations

Message  Maud le Jeu 28 Oct - 0:07

« Enfance »

Plein de vocabulaire commun au divers poèmes de Illuminations, c'est un truc de fou>> fil conducteur du recueil?
Texte qui rassemble 5 poèmes.

I
Vocabulaire:
- idole: représentation adorée d'une divinité, ou personne passionnément admirée
- flamande: de la Flandre (Belgique), ou école flamande: œuvres des pays de langue flamande
- slave>> Europe de l'Est
- « la fille à lèvre d'orange »: référence à Leconte de Lisle, Poèmes antiques:
« C'est la fille aux cheveux de lin,
La belle aux lèvres de cerise. »
- « genoux croisés »: cf Aphrodite de Cnide (modèle de statue d'Aphrodite: nue etc)
- sourdre: sortir de terre, jaillir (pour un liquide)
- « enfantes et géantes, superbes noires dans la mousse vert-de-gris, bijoux debout sur le sol gras des bosquets et des jardinets dégelés»: référence baudelairienne(« mon enfant », « La Géante »...) , connotation de l'amour
- bosquet: groupe d'arbres ou d'arbustes; petit bois
- sultane: épouse, favorite d'un sultan ottoman, OU lit de repos à 2 ou 3 dossiers droits (époque Louis XVI)
- tyrannie: sens figuré: pouvoir de certaines choses sur les hommes
- cher >> prix élevé// précieux (sentiments)
>>aimé, chéri
- « cher corps » et « cher cœur »: référence baudelairienne et peut-être aussi à Verlaine (amant)

Idée générale:

Série d'images de femmes.
suite de treize substantifs (noms, groupes nominaux ou phrases nominales) juxtaposés ou coordonnés par "et"
évocations lyriques de la féminité qui semblent rassemblées là pour une célébration. Les deux premières de ces évocations sont les plus développées : chacune fait l'objet d'un paragraphe entier. - 1er alinéa consacré à une "idole" (=femme) qui tient à la fois de la poupée ("yeux noirs et crin jaune") et de Vénus anadyomène, la déesse née de la mer.
- 2ème alinéa consacré à l'ondine, fille sauvage.
- 3ème alinéa: accumulation des images>> montée de l'ironie + citations (de lui-même et de Baudelaire)
- 4ème alinéa: chute. >> désillusion, démystification, satire de la tendresse au sein d'un couple.

Problématique:

Rimbaud fait-il l'éloge ou la satire de la femme?



Je suis sincèrement émue par la merdicité de ces fiches, cest pourquoi je vous les offre Cool
avatar
Maud
Jean Racine
Jean Racine

Messages : 26
Date d'inscription : 16/09/2010
Age : 24

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les illuminations; Rimbaud

Message  Candice le Ven 29 Oct - 17:31

Bon j'ai fini de lire e truc sur les Illuminations... Voila ce que ça donne, pale


Les Illuminations

Poèmes en prose. Difficile de savoir quand exactement ont été écrits, on considère habituellement :
une majorité des poèmes : écrits avant Une Saison en enfer. (C’est-à-dire : été 1873).
Il y a un aspect de Rimbaud que ns connaissons trop peu : celui du « dispensateur de musique ». Ce dont on est surs à propos des Illuminations : le manuscrit date de 1874. Poèmes écrits pour la plupart : avant ; cpdt : pas le cas de « Vagabonds », car y raconte épisodes vie ac Verlaine, et de « Jeunesse ».
« Jeunesse » : dans ce poème : prend du recul par rapport à événements passés ac une « conscience mûre ». On retrouve la même chose ds « Vies » (I à III) & « Guerres ». Poète partagé entre espérance et échec. Ds ces 3 poèmes : 2 nvelles notions : une « invention », une « entreprise nouvelle », un nveau projet ; et une « harmonie ». Cpdt ces notions ne st pas analysées clairement par Rimb.
« Génie » : accomplissement de la pensée de Rimb. Evoque un être sans limites, absolu, qui lui-même est « l’éternité ». (Cpdt : pas un dieu). Le génie évoqué : idée d’un homme libéré car il a accompli à l’intérieur de lui-même « les migrations plus énormes que les anciennes invasions ». Ds ce poème, Rimb fait allusion à ce qui est pr Bonnefoy « notre possible de gloire ». Il fait le choix de s’attacher aux possibilités de l’homme plutôt qu’à sa faiblesse due à sa condition de fait.
Ds « Génie » et Une Saison en enfer : deux conceptions de l’amour opposées. (Conception de l’amour ds les Illuminations : donnée dans « Génie » et ds « A une raison »)
Ds « Génie » en parle comme une « mesure parfaite et réinventée, raison merveilleuse et imprévue, et l’éternité » (Or dans Une Saison : « ardente patience »). Ce n’est plus une conception de l’amour inspirée du christianisme, (dc : perte de la notion chrétienne de faute) ms issue de la pensée grecque ds laquelle amour : règne de la raison. L’amour est ce qui règle le mouvement des astres et du soleil. Cpdt : ts les éléments de ce poème ne peuvent pas être rattachés à la pensée grecque, on ne retrouve pas volonté d’une sagesse comme dans la philo.
Ce que Rimb exprime ds « Génie » c’est qu’il existe « une raison et une nature » pour « l’homme, pour lui seul ».
Pt commun à ces poèmes : création d’une « harmonie naturelle », la notion de péché disparait.
Pr Rimb : le réel est un rythme, ms ns le possédons en ns et il ns est accessible aussi bien que l’avenir ; le poète n’a dc plus besoin d’être ce travailleur qui « crève » pr ns le révéler.
« Après le Déluge » : poème forcément écrit après Une Saison en enfer puisque renie un passé qui correspond à la période de Une Saison. Déluge peut être assimilé à la volonté de destruction. Dc : après le déluge : cette volonté est passée. On le voit ac le retour de la vie (« les castors bâtirent, les caravanes partirent »). Va jusqu’à mièvrerie pr Bonnefoy : « Aussitôt que l’idée du Déluge se fut rassise (…) (…) à travers la toile de l’araignée » : vue comme « seule phrase mièvre que Rimbaud ait écrite ».
« Oh ! les pierres précieuses qui se cachaient, - les fleurs qui regardaient déjà » Regarder ici veut dire : s’ouvrir, se faner. Comparable à la réalité qui parait un moment brillante puis finit par perdre son éclat.
« Sourds, étangs ;- Ecume, roule sur le pont et par-dessus les bois ;- draps noirs et orgues,- éclairs et tonnerre,- montez et roulez ;- Eaux et tristesses, montez et relevez les Déluges » dénote impatience de Rimb. Les « déluges » : refus de tout ordre humain, esprit de révolte. Renvoie à « j’ai appelé les fléaux » ds Une Saison. De même : « la Sorcière » ds « Après le Déluge » fait référence aux « sorcières » à qui Rimb confie son « trésor » ds Une Saison. Cpdt, cette fin du déluge laisse la place à l’ennui que Rimb va essayer de tromper avec « la Reine, la Sorcière qui allume sa braise dans le pot de terre » c’est-à-dire, ttes sortes de drogues qui nourrissent l’illusion.
« Matinée d’ivresse » : évoque une « promesse surhumaine faite à note corps et à notre âme créés » = « on nous a promis d’enterrer dans l’ombre l’arbre du bien et du mal, de déporter les honnêtetés tyranniques, afin que nous amenions notre très pur amour ». Lien imptt ac « Génie », qui se place dans une sorte de continuité par rapport à « Matinée d’ivresse ». En effet : dans « Matinée d’ivresse » se fonde la promesse qui sera décrite dans « Génie » (cf ds « Génie » : « arrière ces superstitions, ces anciens corps, ces ménages et ces âges ! ») Pr Bonnefoy on a la même « idée d’un avenir de force et de gloire ».
On a également une évocation du poison (« Nous avons foi au poison », « ce poison va rester dans toutes nos veines ») à mettre en relation ac « le temps des Assassins » : ces assassins st les haschischins. L’hypothèse de la drogue permet de mettre en lumière plusieurs aspects de « Matinée d’ivresse » et d’autres poèmes des Illuminations : Baudelaire quand il décrit les effets de la drogue parle d’une « sensation de fraîcheur aux extrémités », ce qui permettrait d’expliquer les « anges de flamme et de glace » ds « Matinée d’ivresse », et d’autres références au froid ou au gel dans d’autres poèmes des Illuminations (ex : « et le rêve fraîchit »). On peut ainsi regrouper autour de « Matinée d’ivresse » de nombreux autres poèmes qui permettent de « décrire ou de définir la rêverie du fumeur de haschisch » : on a par ex « H » (parallélisme prononcé ac « Matinée d’ivresse », que l’on pourrait presque établir mot pour mot), « Nocturne vulgaire » (= « Un souffle disperse les limites du foyer »), « Being Beauteous », « Angoisse », « Antique », « Barbare ».
L’ennui qui résulte de « Après le Déluge » a pr conséquence les poèmes qui font référence aux effets du haschisch, ils datent ainsi des mois qui ont suivi Une Saison.
Il faut rappeler que la prise de haschisch pr Rimb date de bien avant les Illuminations : il parle d’un « paradis artificiel exactement raté » en 1871. Au début, la prise de drogue faisait partie des moyens de parvenir au « dérèglement raisonné », puis le sens de son utilisation évolue pdt le temps où Rimb se trouve en Angleterre ac Verlaine. Dès 1873, il présente les signes d’une intoxication importante.
Les différents aspects du bonheur de la drogue : elle permet de faire abstraction des changements relatifs au monde extérieur et de se concentrer sur lui-même, comme le montre dans « Matinée d’ivresse » : « O mon Bien ! O mon Beau ! » : les deux possessifs sont soulignés, donc : relatifs à une expérience personnelle avant tout. A partir de ce moment, la conception de la drogue pr Rimb évolue car lui-même change de philosophie : il ne cherche plus le bouleversement du réel dans la « vraie vie » ms il considère maintenant que l’homme est un « faisceau de pouvoirs » qui comprend nombre de possibilités à explorer, et que la drogue lui permet d’entrevoir ; en quelque sorte elle les lui révèle. « Si la réalité humaine est une promesse obscurcie par le mauvais sommeil de l’existence déchue, pourquoi la drogue qui affaiblit notre regard quotidien n’ouvrirait-elle pas une conscience enfin libre à sa vraie subjectivité? » (vous voyez ce qu’il vous reste à faire…)
Le haschischin peut donc ainsi faire l’épreuve de son génie, grâce à des sensations et à une intuition plus développés. Il ne peut pas saisir « sur-le-champ de cette éternité », il doit cependant tt mettre en œuvre pour la création d’une harmonie (on a donc une référence à la musique : elle contribue également à la création de cette « raison merveilleuse et imprévue » évoquée plus haut. Pr Bonnefoy : on peut supposer que Rimbaud a associé musique et drogue pr stimuler son esprit.
« Mouvement » : poème souvent mal compris. Références à la fascination que Rimb a pr la science, bien qu’il la trouve « trop lente ». Les « conquérants du monde » sont les mathématiciens et les physiciens, par ex. Pr Rimb la science et la conception qu’il a de la musique ne sont pas opposées, mais au contraire s’associent pr la création d’une « nouveauté ».
Pr Rimb, cette raison qui est à l’origine d’une « nouvelle harmonie » doit permettre à la « force » et au « droit » de mener une guerre absolue contre les formes d’aliénation héritées du christianisme. C’est cette guerre que l’on retrouve dans « Solde » : « une guerre de droit ou de force, de logique bien imprévue ».
Pr Gérard de Nerval « Le haschisch rend pareil à Dieu. L’ivresse en troublant les yeux du corps, éclaircit ceux de l’âme ; l’esprit […] s’enfuit comme un prisonnier dont le gardien s’est endormi […]. Il erre joyeux et libre […] causant familièrement avec des génies qui l’éblouissent de révélations soudaines et charmantes. Il traverse […] des atmosphères de bonheur indicible, et cela dans l’espace d’une minute qui semble éternelle, tant ses sensations s’y succèdent avec rapidité. » (Le Voyage en Orient). On retrouve les sensations que Rimb évoque ds « Génie » ; et on s’aperçoit de la vraie nature de l’ambition du haschischin : il « rêve sa pensée plus qu’il ne l’exerce ».
Par ailleurs les Illuminations témoignent d’un échec, c’est le cas de poèmes comme « Angoisse » et « Royauté ». Dans « Royauté », il y a bien des retrouvailles entre une femme et un homme après des « épreuves terminées », cpdt elles sont éphémères : l’arrivée du soir fait tt disparaitre et avec elle, tt espoir.
On peut ainsi comprendre « Solde » sous un nouvel aspect: celui de l’abandon à bas prix de ttes les « ambitions impossibles ». Rimbaud renonce ainsi à la « musique savante », à cette harmonie évoquée plus tôt.
Cet échec serait dû dans une certaine mesure, à une occasion « mystérieuse » qu’il lui aurait fallu saisir quand il était enfant, au lieu de quoi il a fait partie de ces enfants qui « étouffent des malédictions le long des rivières », il l’a donc perdue.
Rimb ac le haschisch tente de donner à l’amour une dimension cosmique (« éros cosmique »), mais il y échoue, il ne peut s’empêcher de revenir à une dimension plus « humble » de l’amour (celle d’un être humain pr un autre être humain). Or Rimb se rend compte qu’il a perdu sa naïveté enfantine, et avec elle tte possibilité de « réinventer l’amour » : c’est ce qu’évoque « Solde » : la connotation commerciale signifie la perte de l’idéal et des ambitions de départ. Il a dès lors un nouveau regard sur la ville : elle est un lieu peuplé d’êtres inexistants. (« Puisque tout ici ressemble à ceci,- la Mort sans pleurs, notre active fille et servante, un Amour désespéré ») Le poète n’a plus qu’à se résigner à l’exil, ce qu’il essaie de faire dans « Ville ».

Candice
Madame de Lafayette
Madame de Lafayette

Messages : 3
Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 25

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les illuminations; Rimbaud

Message  Charlotte le Dim 14 Nov - 19:33

Candice, cette fiche concerne bien le Rimbaud de Bonnefoy ? Merci en tout cas de l'avoir mise, ça va m'aider... J'essaie d'en poster une rapidement.
avatar
Charlotte
Jean-Jacques Rousseau
Jean-Jacques Rousseau

Messages : 84
Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 25
Localisation : Montpellier

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les illuminations; Rimbaud

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum